Elan. Cran. Dépend.

par Yamitsuki no Yume  -  15 Janvier 2014, 12:28  -  #Telle Plume..

« La vie est un chemin qui se parcourt dans un seul sens [...] La reprendre à zéro est impossible. On peut choisir sa destination, réfléchir quand on arrive à une intersection, ralentir, accélérer, décider de ne plus refaire les mêmes erreurs, on ne revient jamais en arrière. »

Pierre Bottero

(si je retrouve cette photo de moi ailleurs que sur ce blog, sans aucun lien vers cette page, je vous retrouve et vous ferais vivre l'enfer ! :3 )

(si je retrouve cette photo de moi ailleurs que sur ce blog, sans aucun lien vers cette page, je vous retrouve et vous ferais vivre l'enfer ! :3 )

« Alive. »

Je sais. Je ne sais que trop bien. Je suis pitoyable. Personne ne me ressemble. Je suis seule dans mon cas, et je ne parviens pas à me comprendre. Quand tous regardent le ciel et voient un ciel bleu, moi je vois ces étoiles que nul ne voit. Je vois ces étoiles masquées par la splendeur du soleil. Je vois tous ces êtres qui semblent insignifiants. Et je ne comprends pas, comment cela se fait-il que c'est au plus important des astres qu'on accorde de l'importance, alors que les autres, sont justes plus éloignées et restent à être découvertes. Tous ces talents qu'ils pourraient posséder, ils les gardent en secret. Nul ne le sait, nul ne les connait.

De quoi suis-je capable, moi, seul observateur de ces mystères ? Je ne suis pas un soleil, encore moins une étoile. Je ne suis qu'un des rares parasites d'une planète. Lorsque l'on voit les talents dont regorgent certains parasites terrestres, de quoi sont donc capables les astres ? Je suis laissé seul, dans un monde dont personne ne connait les limites. Et pourtant, on a parfois l'impression d'en apercevoir les extrémités.

Vient dans un parc. Visite le. Admire ses fleurs. Au centre, il y aura cet arbre centenaire que tous admirent. A côté il y tous ces autres arbres, les fruitiers comme ceux qui ne fleurissent point. Pour qu'ils soient reconnus, il faut attendre que le centenaire soit éclipsé, qu'il y ait un moment sans lui, et tous reconnaissent leur vraie valeur. Que ce soit les fleuris, avec leur couleur étincelant, ou ceux qui sont plus ternes. On peut enfin les voir et les admirer. Mais qui verra, au milieu de ce parc, le bourgeon près à éclore, la marguerite perdue au milieu de l'herbe, les chemins que nul ne suspectent ou même simplement, une simple feuille morte au milieu de l'allée ?

Ce n'est pas parce qu'on ne la voie pas qu'elle n'existe pas. Peut importe la personne que tu es, il y a des événements qui te font te sentir vivant, important. Sans savoir ni comment ni pourquoi, un vent nouveau soufflera toujours sur la feuille morte, et elle s'envolera dans les cieux. Certains la verront passer. Qui sait où elle retombera. Surement dans le courant d'une rivière, de nouveaux horizons sont là pour elle, elle est prête à les découvrir et elle n'attend que ça. Suivre son destin, se laisser emporter par le courant, et, de temps à autre, rencontrer des obstacles ou des compatriotes.

Mais quelle émotion l'emporterait sur cette feuille ? Quel don lui ferait comprendre ce qu'elle est ? Elle ne va pas éternellement dérivé seule. Elle saura trouver un compagnon qui lui convient. Qui sait, un insecte ou un poisson pourrait décider de guider son périple. Un jour tout s'arrêtera également. Mais peut importe quand cela aura lieu. Que ce soit dans des milliards d'années pour les astres ou dans quelques heures pour les plus petits. Chacun sait profiter de sa vie et se créer des souvenirs qu'ils soient les plus brillants ou non. Chaque être a une importance capitale dans ce monde. Sans eux nul ne vivrait.

En tant que spectateur de ce monde, je ne sais que penser. Quel est mon rôle dans tous ceci. Peut-être est-ce de témoigner pour ceux qui ne le peuvent, ou d'immortaliser ceux qui savent rester ternes et se fondre dans la masse. Que suis-je, au milieu de mes semblables ? Je ne suis pas un soleil, ni même une étoile. J'observe tout avec du recul, je suis capable de voir sans être vue... Une seul chose pourrait alors me correspondre, vu le peu d'apparition que je réalise. Je suis l'identique de la lune, mais seulement lorsque celle-ci est appelée « nouvelle lune ». Et dans les champs, que serais-je, dans un parc, dans un milieu aquatique. Quel être serait capable de tout voir, de tout deviner, tout en y existant lui-même ? J'aimerais être un corbeau qui survole tout, mais cela ne va pas. Le corbeau est un être splendide, capable de voler de longues distances et d'être vu et admiré par tous. Dans les champs, il est le soleil. Alors que je ne représenterais que la racine ou la graine, capable de devenir plus que ce qu'elle n'est actuellement, quelque chose d'étonnant, que personne ne prend la peine d'admirer, une beauté de la nature, à l'état pur. Dans une rivière ? Une simple bulle d'air, éphémère au milieu de l'eau, rare mais précieuse. En contraste parfais avec le milieu. Rendant fous les habitants alentours.

L'univers qui nous entoure est un monde peuplé de mystères. Mille et unes interprétation en sont possibles. J'ai sans doute choisi la moins commune à travers ce court texte, mais qui serait donc capable de se voir tel qu'il est vraiment, d'avoir une idée précise de la personne qu'il est ou qu'il deviendra ? Cet élan venu de nul part, qui me poussa à écrire et me permit de créer un texte dont je suis tellement fière, nul ne saura jamais d'où il vint. Laisser ses pensées dériver et suivre le fil d'une myriade d'étoiles imaginaires n'a rien de déplaisant, bien au contraire.

Maintenant, je vous laisse, la photographie, cet art de rendre intéressant même la plus infime goutte d'eau, m'attend.

I'ld be alive ♪